Les principaux produits dopants en musculation

Au sommaire

Pour faire développer les muscles, les exercices intenses de musculation et les programmes alimentaires spécifiques sont les plus connus. Ils ont fait leurs preuves au fil des années. Mais, sur le marché actuel, plusieurs produits sont proposés pour accompagner et faciliter le processus de construction d’une musculature de rêve. S’il est vrai que l’organisme peut nécessiter une aide extérieure pour accélérer le processus, recourir aux produits dopants est une solution tout aussi envisageable. Nous vous en présentons quelques-uns.

Les stéroïdes anabolisants

Les stéroïdes anabolisants sont des hormones synthétisées conçues sur la base de la testostérone. Leur rôle est d’accélérer l’augmentation de la masse musculaire. Administrées, ces hormones stéroïdiennes permettent au corps d’accroître un rythme de synthèse de protéines nécessaires à la constitution de muscles. Elles facilitent par ailleurs le processus de récupération et de résistance lors des exercices. Cependant, il faut noter que l’utilisation de ce type de produit engendre des effets secondaires comme l’atrophie des testicules, la perte de la libido, les acnés, la perte de cheveux, les cancers, etc.

Les bêta-stimulants

Souvent utilisés en complément aux hormones stéroïdiennes, les bêta-stimulants apportent à l’organisme de celui qui l’administre un plus de vitalité et d’endurance dans l’effort. Le processus de musculation demande d’intenses séances d’exercice. Grâce aux stimulants, le bodybuildeur acquiert de la résistance à la fatigue, récupère plus rapidement et respire mieux. Ce qui lui permet donc d’augmenter sa performance. Au nombre des stimulants, nous pouvons citer la caféine, la cocaïne, les synthèses d’adrénaline et l’éphédrine. Les bêta-stimulants provoquent en revanche une dépendance et ont des conséquences dégradantes sur l’organisme comme l’hypertension artérielle, la tremblote, et l’absence de coordination.

Les hormones de croissance

Disposant des mêmes caractéristiques anabolisantes que les hormones stéroïdiennes, les hormones de croissance étaient à l’origine utilisées pour la prise en charge des maladies génétiques. Mais à la différence des stéroïdes, elles n’induisent pas d’effets secondaires. En plus de cette faculté, les hormones de croissance deviennent presque indétectables quelques minutes après leur ingestion. De ce fait, elles rencontrent un grand succès auprès des compétiteurs.

Les analgésiques narcotiques

Ce sont des stupéfiants interdits par la loi qui apporte aux bodybuildeurs qui en usent, une sensation d’euphorie et une inhibition de douleur dans l’effort. Ce qui leur permet d’aller au-delà des limites supportables par le corps et de maximiser les performances. Entre autres analgésiques narcotiques, il y a la morphine, l’héroïne, le cannabis et leurs dérivés. Ils entraînent notamment une dépendance et favorisent des troubles comme le manque de concentration, la dépression, et l’anxiété. En cas de surdose, cela peut entraîner la mort.

Les corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont des produits synthétiques formés de molécules basées sur les sécrétions des glandes corticosurrénales. Ils ont des effets similaires à ceux des analgésiques narcotiques, notamment par la réduction de la douleur. Grâce à l’administration de ces produits, l’utilisateur peut s’entraîner plus longtemps et ne pas ressentir de fatigue. Ce qui favorise une accélération de la musculation. Les effets secondaires des corticostéroïdes sont l’insomnie, la perte des aptitudes immunitaires de l’organisme, des troubles abdominaux, le diabète et dans les cas les plus graves, l’ostéoporose.

Les diurétiques

Il s’agit de produits dopants dont l’ingestion vise à éliminer rapidement l’eau qui s’accumule dans les muscles et dans la peau. Ce qui favorise une tonicité de la musculation. Pour ce faire, les diurétiques agissent sur les reins de sorte à accroître l’élimination de l’eau présente dans le corps à travers l’urine. Les conséquences de la prise de ces produits sont entre autres : la déshydratation, les problèmes de reins, les vertiges, l’hypovolémie, l’arythmie cardiaque, etc.

Les bêtabloquants

Initialement destinés à soigner l’hypertension et le fonctionnement irrégulier du cœur, les bêtabloquants ont été détournés pour aider le bodybuildeur à mieux gérer son stress. Aussi, ils lui permettent de contrôler son rythme cardiaque et réduire les tremblements de ses muscles. Leur utilisation intervient dans le domaine de la musculature souvent lors des compétitions. L’usage de ces produits entraîne les mauvaises circulations du sang, la perte de l’endurance et des risques cardiaques importants. À la longue, le recours aux bêtabloquants peut entraîner la mort.